Thursday, 30 November 2006

A poem of my Father's.( In french only sorry)

Au milieu des solitudes(In Présence africaine, n° 57, 1966)

« Quand à ma mort Dieu m’a demandé un siècle après
Ce que je voulais faire pour passer le temps
Je lui ai demandé la permission de veiller la nuit


Je suis le nègre veilleur de nuit
Et à l’heure des sciures noirâtres qui gèrent les parages
Lentement je lève ma lanterne et agite une cathédrale de
Lumières

Mais l’occident se défie du travail noir de mes heures
Supplémentaires et dort et ferme l’oreille
A mes discours que le silence colporte

Selon l’usage comme vous savez
La nuit vous autres dormez mes frères
Mais moi j’égrène sur vos songes
La raie enrubannée de la ténèbre laiteuse qui chante
Bonne nuit les petits

Et je prie cependant au nom de l’égalité des droits
Devenue droit à l’égalité
Et je pleure la soif de mon sang sel de larmes

Et vous cependant dormez
Et vous dormez mes frères mais aussi
Le sommeil vous chasse de la terre
Et vous partez pour des minutes de songes
Amplifiés au gonflement de votre haleine ronronnante

Je vous vend gratis des alcools
Que sans savoir vous achetez par pintes quotidiennes
Et retrouvez la nuit transfigurée dans les myriades de feux
Qui rêvent pour vous

Bonne nuit les petits

Je suis le nègre veilleur de nuit
Qui combat des nichées de peurs
Juchées dans vos cauchemars de jeunes enfants que je rassure
Quand s’achève mon labeur sur des milliards de créatures
Mais le monde au réveil va à la librairie du coin
Consulter la clé des songes. »


5 comments:

YACOUBA GAGNY KANTE said...

Je suis entrain de réunir des éléments pour préparer une biographie de votre père.

Vous pourrez m'être très utile.

Mon contact : kantegyacou@orangemali.net

aramala35 said...

hi,it's not acceptable that many people don't know him, but i knew him personaly when i was in high school in Sevare, but at that time i didn't know anything about him,now you helped me and many others...you did a great job....du courage
Abdoulaye Arama architect,master student in urban planning and design in China...

Gnu Guru said...

Iknew Yambo Ouologuem in Paris when I was an editor at Presence Africaine in 1966 and own a first edition of Le devoir de violence.

Anonymous said...

C'est vraiment incompréhensible que le monde culturel Africain ignore ce grand monsieur de la littérature Africaine et continue de l'ignorer parce que je trouve que jusqu'à nos jours cet homme n'a pas été célébré à sa juste valeur. Et je constate que ses confrères Africains de son époque ne l'ont pas soutenu mais ont contribué à le faire dénigrer tout simplement ses écrits sortaient de l'ordinaire. Je tire mon chapeau à cet grand homme que j'admire beaucoup et qui était beaucoup en avance sur ses contemporains qui ne l'ont pas compris.(S.TOURE)

Cecile McHardy said...

Like the young contemporary savant Jonah Lehrer 'Proust was a Neuroscientist' with a controversal reputation as a plagiarist, have fond memories of Yambo at 'Presence Africaine' on the occasion of the publication of his novel 'Le devoir de Violence'. Share your appreciation for his sophistication as a quintessential satirist and cosmopolitan mind, his writings have much relevance for our modern times.